Comment entreprendre à l’ère des algorithmes sans asservir mais pour élever ?

Manifeste

Espérance & Algorithmes est un Think-tank d’entrepreneurs algorithmiques inspirés par l’anthropologie et la spiritualité biblique. Par delà les modes et les craintes, souvent légitimes, face au déferlement de l'intelligence artificielle, nous croyons que les algorithmes portent de belles promesses entrepreneuriales au service du bien commun, à condition de discerner de manière lucide, responsable et proactive. C'est la raison d'être du think-tank réunissant entrepreneurs, investisseurs, experts de l’économie algorithmique & croyants s'enracinant dans l'anthropologie biblique. Espérant contribuer avec bienveillance au débat sur les algorithmes, nous proposons à tous les hommes et femmes de bonne volonté les principes suivants de discernement expérimentés sur le terrain entrepreneurial pour susciter de belles contributions au bien commun.

14 principes

  • BIENFAIT – Les algorithmes sont un bienfait pour l’Homme co-créateur et responsable qui en discerne les bons usages.
  • MAÎTRISE PARTAGÉE – Couplons de manière ingénieuse l’intelligence humaine et les algorithmes pour en garantir l’intelligibilité par le plus grand nombre, l’autonomie et la maîtrise souveraine par l’Homme : Il n’y a pas de fatalité aux algorithmes élitistes, asservissants, hors contrôle ou abêtissants.
  • JARDIN – Les algorithmes portent aussi de grandes promesses pour que nous devenions de meilleurs jardiniers, gérants des ressources naturelles et de la beauté de la Création.
  • SUBSIDIARITÉ – Les personnes et organisations doivent avoir les moyens de comprendre et décider par eux-mêmes des préférences des algorithmes d’aide à la décision; celles-ci n’ont pas à être régulées par des organisations plus puissantes, ni pré-paramétrées implicitement par des tiers à leur insu.
  • VOCATION – L’inimitable créativité des entrepreneurs est nécessaire pour mettre les algorithmes au service du bien commun.
  • PERSONNE – Seule la personne humaine est créée à l’image de Dieu, horizon sacré à l’inaliénable dignité : Les intelligences artificielles ne sont que des artefacts dont l’Homme reste seul responsable.
  • RISQUES – Nous sommes appelés à avancer en eau profonde en entreprenant à l’ère de l’intelligence artificielle, en prenant de justes risques.
  • RENCONTRE HUMAINE – L’assistance équilibrée de machines intelligentes peut, si l’on dirige leur grande efficacité libératrice, renouveler les rencontres personnelles de qualité et la charité au coeur des relations économiques et sociales.
  • TRAVAIL – L’Homme a besoin de travailler pour se construire : Entreprenons avec les algorithmes non pas pour préparer une société de loisir mais pour permettre à chacun par un travail équilibré de servir mieux encore le bien commun et ses frères.
  • LIBERTÉ DE CONSCIENCE – Au-delà du simple consentement, respecter et éveiller la conscience personnelle et libre de chaque être humain notamment en matière de partage de données et préférences décisionnelles, doit être un impératif de tout service algorithmique qui élève.
  • CONTEMPLATION – L’Homme a besoin de tranquillité et de contemplation pour s’élever; les services algorithmiques équilibrés doivent préserver une grande part de temps pour la vie sans médiation numérique et ne sauraient jamais, quelle que soit la puissance future de l’IA, réduire la personne humaine à un ensemble de données ou de déterminations calculatoires.
  • PARTICIPATION – Les algorithmes portent de grandes promesses pour permettre à chacun, y compris les plus pauvres, de reprendre en main leur destin et de prendre fraternellement part à la responsabilité collective.
  • CONCURRENCE – La concurrence libre, juste et loyale, résistance proactive aux tentations accrues de monopoles algorithmiques, est un rempart imparfait mais décisif pour une recherche équilibrée et collaborative du bien commun.
  • DESTINATION UNIVERSELLE – Bien qu’une propriété partielle des services algorithmiques soit nécessaire à la contribution créative des entrepreneurs, les algorithmes portent une vocation naturelle à être partagés au plus grand nombre; l’open source – open data sont une belle illustration de la destination universelle des biens.